Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 16:59
Encore une :

Les deux chèvres



La fable :

Dès que les chèvres ont brouté,
Certain esprit de liberté
Leur fait chercher fortune ; elles vont en voyage
Vers les endroits du pâturage
Les moins fréquentés des humains.
Là, s'il est quelque lieu sans route et sans chemins,
Un rocher, quelque mont pendant en précipices,
C'est où ces dames vont promener leurs caprices.
Rien ne peut arrêter cet animal grimpant.
Deux chèvres donc s'émancipant,
Toutes deux ayant patte blanche,
Quittèrent les bas prés, chacune de sa part.
L'une vers l'autre allait pour quelque bon hasard.
Un ruisseau se rencontre, et pour pont une planche.
Deux belettes à peine auraient passé de front
Sur ce pont ;
D'ailleurs, l'onde rapide et le ruisseau profond
Devaient faire trembler de peur ces amazones.
Malgré tant de dangers, l'une de ces personnes
Pose un pied sur la planche, et l'autre en fait autant.
Je m'imagine voir, avec Louis le Grand,
Philippe Quatre qui s'avance
Dans l'île de la Conférence.
Ainsi s'avançaient pas à pas,
Nez à nez, nos aventurières,
Qui toutes deux étant fort fières,
Vers le milieu du pont ne se voulurent pas
L'une à l'autre céder. Elles avaient la gloire
De compter dans leur race, (à ce que dit l'histoire),
L'une certaine chèvre, au mérite sans pair,
Dont Polyphème fit présent à Galatée;
Et l'autre la chèvre Amalthée ,
Par qui fut nourri Jupiter.
Faute de reculer, leur chute fut commune.
Toutes deux tombèrent dans l'eau.
Cet accident n'est pas nouveau
Dans le chemin de la Fortune.
Repost 0
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 21:03
C'est beau les vacances, ça nous permet d'avancer les projets non terminés. Cette SAL en fait partie. J'avais 3 grilles de retard pour être à jour, je viens d'en finir une en 10 jours (d'habitude j'y passe mes soirées d'un mois!).

Bref on brode au jardin, on brode en regardant la télé, on brode pendant que tout le monde se repose, on brode en surveillant les enfants, le soir, le matin, l'après midi... Et on j'avance!!!

Voici donc la toile de cette nouvelle fable :

Le loup et l'agneau



Et comme toujours voici la fable :

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l'allons montrer tout à l'heure.
Un agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
Sire, répond l'agneau, que Votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu'elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle ;
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
Reprit l'agneau ; je tette encor ma mère
Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
Je n'en ai point. C'est donc quelqu'un des tiens :
Car vous ne m'épargnez guère,
Vous, vos bergers et vos chiens.
On me l'a dit : il faut que je me venge."
Là-dessus, au fond des forêts
Le loup l'emporte et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Repost 0
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 13:46
Voici la 3ème grille des 12 grilles prévues cette année.

Le petit poisson et le pêcheur :



Voici la Fable :

Petit poisson deviendra grand
Pourvu que Dieu lui prête vie;
Mais le lâcher en attendant,
Je tiens pour moi que c'est folie:
Car de le rattraper il n'est pas trop certain

Un carpeau, qui n'était encore que fretin,
Fut pris par un pêcheur au bord d'une rivière.
"Tout fait nombre, dit l'homme en voyant son butin;
Voilà commencement de chère et de festin :
Mettons-le en notre gibecière."
Le pauvre carpillon lui dit en sa manière :
"Que ferez-vous de moi ? Je ne saurais fournir
Au plus qu'une demi-bouchée.
Laissez-moi carpe devenir :
Je serai par vous repêchée;
Quelque gros partisan m'achètera bien cher :
Au lieu qu'il vous en faut chercher
Peut-être encor cent de ma taille
Pour faire un plat. Quel plat ? croyez-moi, rien qui vaille.
- Rien qui vaille ? Eh bien ! soit, repartit le pêcheur :
Poisson, mon bel ami, qui faites le prêcheur,
Vous irez dans la poêle; et vous avez beau dire,
Dès ce soir on vous fera frire ."

Un Tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux Tu l'auras;
L'un est sûr, l'autre ne l'est pas.


J'ai déjà attaqué la 4ème grille : Le loup et l'agneau.
A bientôt pour la suite.
Repost 0
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 09:04
Voici la deuxième page de ce SAL :

Le Corbeau et le renard



Et voici la fable :

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. "
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.


Vous pouvez toujours retrouver l'ensemble des grilles sur le site d'
Isa la souris Grignoteuse


Pour l'instant je fais une pause de cette SAL puisque je continue mon nuancier DMC avec une nouvelle double page.
Il faut bien que je suive ce principe d'intercaler une double page entre deux projets, sinon, il n'avancera jamais.
Repost 0
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 12:25
Sur le forum des Petites mains, nous avons proposé de suivre cette SAL proposée par Isabelle de la Souris grignoteuse.

Voici donc ma première toile :

Le renard et la cigogne


Et voici la fable

Compère le Renard se mit un jour en frais,
et retint à dîner commère la Cigogne.
Le régal fût petit et sans beaucoup d'apprêts :
Le galant pour toute besogne,
Avait un brouet clair ; il vivait chichement.
Ce brouet fut par lui servi sur une assiette :
La Cigogne au long bec n'en put attraper miette ;
Et le drôle eut lapé le tout en un moment.
Pour se venger de cette tromperie,
A quelque temps de là, la Cigogne le prie.
"Volontiers, lui dit-il ; car avec mes amis
Je ne fais point cérémonie. "
A l'heure dite, il courut au logis
De la Cigogne son hôtesse ;
Loua très fort la politesse ;
Trouva le dîner cuit à point :
Bon appétit surtout ; Renards n'en manquent point.
Il se réjouissait à l'odeur de la viande
Mise en menus morceaux, et qu'il croyait friande.
On servit, pour l'embarrasser,
En un vase à long col et d'étroite embouchure.
Le bec de la Cigogne y pouvait bien passer ;
Mais le museau du sire était d'autre mesure.
Il lui fallut à jeun retourner au logis,
Honteux comme un Renard qu'une Poule aurait pris,
Serrant la queue, et portant bas l'oreille.
Trompeurs, c'est pour vous que j'écris :
Attendez-vous à la pareille.

Repost 0

Présentation

  • : Créations d'Anges
  • Créations d'Anges
  • : Vous trouverez ici les créations de notre famille. Ce lieu permet aussi les échanges, donc laissez vos commentaires et le moyen de vous joindre en retour!
  • Contact

Bienvenue

Nous vous présenterons ici les créations de notre famille. A bientôt! 
Pensez à vous inscrire sur la Newsletter si vous voulez suivre mes créations directement. Un message vous sera envoyé dans votre boite à mail lors d'une mise à jour.

Attention !!!

Ce site protège la propriété intellectuelle des créateurs! L'auteur refuse donc de photocopier ses modèles et vous pouvez vous référez aux liens ou aux références donnés par lui pour obtenir les grilles et autres modèles utilisés pour les réalisations.

ethique_petit_atelimag.gif

Archives

Retour à la page d'accueil

Cliquez sur l'ange :
signature-ronde-2010.png

Pour adoucir les moeurs